Burkina Faso : électrification solaire pour une école primaire

CONTEXTE

Depuis plus de dix ans, le Burkina Faso et ses partenaires techniques et financiers ont engagé une politique de scolarisation d’envergure sur l’ensemble du territoire. Faisant de l’éducation un véritable défi à relever tant sur le plan politique qu’économique, l’objectif principal est d’améliorer l’accès à l’éducation en dotant tous les villages d’au moins une école primaire, et les chefs lieu d’un collège. Cependant, le manque d’infrastructures de ces écoles, notamment en zone rurale, pénalise lourdement les élèves. Ainsi, dans certaines localités comme le village de Goué, le taux de réussite scolaire est à la baisse. Les élèves disposant, généralement, d’une seule lampe familiale à domicile ne peuvent plus étudier lorsque l’obscurité approche.

ÉLECTRIFICATION SOLAIRE POUR UNE ÉCOLE PRIMAIRE

Classes électrifiées

Une des trois classes électrifiées

Face à la baisse du niveau scolaire de Goué, l’APPILD et le Secours populaire de paris ont donc soutenu une solution innovante : l’installation de panneaux solaires afin de pouvoir électrifier trois salles de classe de l’école primaire.

L’objectif du projet est donc double. D’une part, il cherche à améliorer la qualité du système éducatif du village en permettant aux enfants de pouvoir poursuivre leurs devoirs avec leurs professeurs et leurs camarades le soir, développant ainsi de véritables qualités d’entraide. D’autre part, le projet a pour ambition de promouvoir des programmes de développement à la fois sociaux et écologiques, répondant aux exigences du développement durable.

Les travaux ont pu démarrer le 25 février 2016 et ont pris fin le 20 avril 2016. Grâce aux efforts des différents membres de l’association, d’un conseiller technique en électricité solaire et de la participation active des bénéficiaires, trois salles de classes de l’école primaire  ont été électrifiées. Désormais, plus d’une centaine d’enfants ont accès à des infrastructures scolaires plus efficientes et peuvent ainsi améliorer leurs conditions d’apprentissage.

Le coût du projet est estimé à 5 918 € et la Fédération de Paris du Secours populaire aide financièrement l’association APPILD à hauteur de 4 583€.