Le Japon, deux ans après la catastrophe

11 mars 2013
aide d'urgence au Japon en 2011

Aide d'urgence au lendemain de la catastrophe.

Le Secours populaire français est la première association française à avoir appelé à la solidarité, le vendredi 11 mars, dès les premières heures de la catastrophe. Le Secours populaire a mis en place différentes actions pour apporter la solidarité aux sinistrés, en lien avec des associations et fondations japonaises :

  • Distributions de produits de première nécessité dans les premières semaines après la catastrophe.
  • Actions pour faciliter la rentrée scolaire des écoliers japonais sinistrés (financement d’un bus de ramassage scolaire et de matériel scolaire, rénovation du système d’assainissement d’une école).
  • Echanges culturels et liens d’amitié entre les enfants japonais et français (échanges de dessins et correspondances, vacances d’enfants japonais sinistrés au Village des enfants « copain du Monde »…).
  • Soutien psychologique et médical aux victimes de la catastrophe (construction du centre médico-social de la solidarité, à Ishinomaki, construction d’une Maison de l’Enfance, à Otsuchi, distributions de fauteuils roulants auprès de personnes âgées).
  • Echanges d’expériences avec des associations japonaises agissant en faveur des victimes de la catastrophe.

Aujourd’hui, avec l’association japonaise Liens populaires, le Secours populaire poursuit ses actions de solidarité au Japon. D’autres projets sont actuellement à l’étude : échanges franco-japonais entre des collégiens français et des collégiens de Fukushima déplacés hors de la zone contaminée par la radioactivité et construction d’une médiathèque dans la région touchée par le tsunami.

Mardi 12 mars, à 18h30, à la Maison de la Culture du Japon, à Paris, le Secours populaire organise une table ronde « Le Japon, 2 ans après la catastrophe. Bilan et perspectives ».

La table ronde sera animée par François Bougon, rédacteur en chef du bureau Asie au journal Le Monde.

Intervenants : Josepha Laroche, professeur de la Sciences politiques à l’Université Paris I, Naoko Fujimura, membre de l’association japonaise Liens populaires et Dr Ismaïl Hassouneh, secrétaire national du Secours populaire français.

En présence de : M. Fujiwara, Ministre, Mme Sawako Takeuchi, Présidente de la Maison de la Culture du Japon à Paris et M. Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire français