Indonésie : sensibilisation et prévention des risques liés aux catastrophes naturelles

La région de Banda Aceh est sujette à de nombreuses catastrophes naturelles potentielles : tremblements de terre, tsunamis, glissements de terrain, inondations …

Malgré les diverses méthodes de sensibilisation aux risques de ces catastrophes mises en place, l’association Komunitas Tikar Pandan a constaté un fort manque de connaissances en matière de réduction des risques de la part de la population.

C’est pourquoi Komunitas Tikar Pandan et le SPF 75 ont décidé de développer ce programme d’éducation et de prévention des désastres dans 3 écoles et 1 orphelinat des villes de Banda Aceh et Aceh Besar (extrémité nord de Sumatra), choisis en fonction des critères suivants :

  • L’absence de programme d’éducation sur les catastrophes
  • La vulnérabilité géographique de l’école (sur la côte)
  • Les étudiants dont les familles ont été les plus touchées par le tsunami de 2004

Au total, ce sont 125 enfants qui ont pu bénéficier directement de ce projet.

Répétition de la pièce de théâtre sur la prévention des risques liés au tsunami

Répétition de la pièce de théâtre sur la prévention des risques liés au tsunami

Le programme a débuté par un groupe de discussion incluant des enseignants, des élèves, des chefs de communautés, des artistes, des experts en catastrophes et l’équipe de Komunitas Tikar Pandan. Cette discussion comprenait trois parties :

  • « L’importance d’une science du désastre », qui visait à expliquer qu’une catastrophe naturelle peut être favorisée par l’activité de l’homme et qu’il existe des signes naturels d’imminence d’un désastre qui peuvent être observés
  • Une discussion autour de l’éducation à la prévention des risques proposée dans les écoles afin de définir les améliorations à envisager et les problèmes rencontrés
  • Une discussion pour établir un programme de travail précis et en accord avec les besoins et envies des étudiants.

Pour commencer le travail au sein des écoles, un film documentaire fut diffusé, dont l'objectif était à la fois de transmettre au public l’expérience tirée de l’histoire du désastre en incluant des témoignages des survivants et d’apporter des connaissances sur la prévention et la réduction des risques :

  • Ce qui peut être fait au quotidien pour faire face aux catastrophes naturelles dans les zones qui y sont sujettes
  • De quelle manière les risques peuvent être réduits si la population est préparée
  • Comment reconnaître les signes avant-coureurs
  • Comment réagir face à un désastre.

Un expert a assisté à la diffusion, fournissant des explications pour une meilleure compréhension du film.

Répétition de la pièce de théâtre

Répétition de la pièce de théâtre

Une simulation des possibilités de réduction des risques liés aux désastres a également été mise en place par le biais d’une campagne de théâtre de sensibilisation menée dans les écoles entre les mois de septembre et novembre 2013. Les participants étaient invités à faire preuve de coopération, solidarité et spontanéité en jouant chacun leur tour les rôles de victimes et de sauveteurs, dans le but de faire développer aux élèves des capacités de réaction immédiate lors d’une catastrophe.

Des visites des sites les plus touchés par le tsunami ainsi que des visites d'"escape buildings", bâtiments spécialement conçus pour abriter la population en cas de désastre naturel, ont été également organisées afin de sensibiliser les communautés et de leur enseigner les réflexes nécessaires à leur survie lors de catastrophes.

Ainsi, durant ce programme, les élèves ont pu :

  • Apprendre que la régularité est très importante pour survivre à un désastre
  • Savoir reconnaître les signes avant-coureurs d’une catastrophe
  • Réaliser que les communautés devraient mieux se connaître entre elles afin de prévenir les désastres
  • Comprendre quel rôle ils jouent dans les symptômes relatifs aux changements climatiques et naturels.

En décembre, pour clore ce programme, la cérémonie de commémoration du neuvième anniversaire du tsunami a été célébrée. A cette occasion, des sessions de réflexion, de prière, des séminaires sur les catastrophes naturelles, un festival de films et une exposition photo sur le tsunami et ses conséquences ont été organisés.

Les élèves ont présenté la pièce de théâtre préparée en amont. Après chaque représentation théâtrale et chaque projection du film documentaire, un groupe de parole a permis à chacun des spectateurs de s’exprimer sur leurs propres expériences et vécus.  

Environ 500 personnes étaient présentes dans le public, bénéficiaires indirects de ce projet : professeurs, parents d'élèves, réseaux des écoles, etc.