Equateur : Appui aux populations dans la gestion de potagers familiaux en soutien à la souveraineté alimentaire des familles

Selon le système des indicateurs sociaux du SIISE équatorien, la commune de Membrillal possède un taux de pauvreté de 100%. La population de cette commune vit principalement de l’agriculture, et au sein de cette agriculture les produits générateurs de revenus proviennent de cultures à cycle court telles que le riz, le maïs, les légumes. Ainsi, la production agricole dans le secteur dépend de la régularité des précipitations durant la saison des pluies (hiver). Cependant, en raison du changement climatique, les conditions météorologiques dans la province de Manabí sont de plus en plus irrégulières : l’hiver dernier, les pluies insuffisantes ont affecté plus de 60 % de la production de maïs dans la région, principale culture génératrice de revenus pour la population.

 

Ces familles font face à une grave crise : sans le revenu familial attendu pour le reste de l’année, leur sécurité alimentaire est mise en péril, une partie des revenus étant destinée à l’achat de nourriture.

Terrain asséché 

Terrain asséché 

Des potagers familiaux pour lutter contre l'insécurité alimentaire

Le projet mis en place par la FIDES en partenariat avec le Secours populaire vise à soutenir les populations grâce à la mise en place dans une cinquantaine de familles de potagers agroécologiques. Il a principalement pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire des familles bénéficiaires grâce au développement de productions agricoles de cycle court.

Une bénéficiaire arrosant son potager

Une bénéficiaire arrosant son potager

Les potagers familiaux sont des systèmes agricoles gérés dans de petites zones autour des maisons, ce qui facilite leur entretien.Ces zones étant relativement petites, les besoins en eau sont plus aisément couverts avec l’eau récupérée dans les puis et sources à proximité puis stockée dans des réservoirs. Les bénéficiaires peuvent ainsi entretenir les potagers tout au long de l’année en fournissant une nourriture permanente et sûre aux familles.

culture

 Cette situation se différencie de celle des cultures telles que le maïs ne bénéficiant pas de système d’irrigation et dépendant donc uniquement des pluies de la période hivernale. Ainsi, la mise en place de potagers familiaux permettrait tant de préserver ces familles de l’insécurité alimentaire tout en réduisant leur vulnérabilité quant à la volatilité de leurs revenus provenant essentiellement de cultures à haut risque comme le maïs.

Des potagers respectueux de l'environnement

De plus, les deux communautés soutenues avec le projet se trouvent dans les zones tampons de la “Forêt et l’espace protégé de Sancán-Montecristi”. Cette forêt abrite un grand nombre de plantes et d’espèces endémiques qui sont une priorité pour la conservation de la biodiversité à l’échelle mondiale. La FIDES a débuté en mars 2018 une intervention visant à renforcer les mécanismes de conservation et de restauration de la forêt. Les potagers familiaux permettront ainsi dans le même temps de lutter contre la déforestation inégale due aux cultures de maïs : ils s’inscrivent, ainsi que d’autres interventions, dans un processus global de la protection de la forêt.

Potager familial

Potager familial

Le budget total du projet est de 19 100 €, dont 11 100 € seront financés par la FIDES et 8000 € par le Secours populaire de Paris.